De la déstabilisation de l’ordre mondial à l’avènement de l’Homme

Contexte : Dans cette rubrique sur la militance nous reproduisons, en général, un discours écrit ou vidéo,  de Frederic Fappani von Lothringen

*

Nous pouvons tous constater que les guerres, les déstabilisations, les crises, les conflits, l’écroulement symbolique du monde etc. travaillent le cœur de l’Humanité. Soit on regarde cela en se disant que décidément tout va mal et on ne fait rien soit on cherche à comprendre à donner du sens à ce que nous traversons actuellement. Et pourquoi pas aussi alors ne peut-on pas envisager des pistes nouvelles peu diffusées dans les masses médias actuelles ? Et même encore mieux pour les plus audacieux se mettre à agir à partir de ces pistes ?

L’évènement majeur qui est en train de se produire dans l’humanité est la révélation qu’un processus niché au cœur de chaque Homme et au cœur de l’Humanité. En effet, il existe un projet pour chacun mais aussi pour l’Humanité dans son ensemble situé au cœur même de nos êtres.

Ainsi il est de plus en plus clair, à des gens de plus en plus nombreux, que l’humanité n’est pas qu’en train de se transformer (même si cela peut ressembler un peu à ça) mais va aller vers ce qu’elle devrait être de manière encore plus advenue. Pour ainsi dire, si il y a transformation de l’Humanité s’est pour devenir vraiment elle-même et pas autre chose c’est cela qui fait mal et la déstabilise.

L’heure du grand ménage planétaire et de l’avènement de l’Homme a sonné.

Ce processus a souvent était décrit par des auteurs au cœur de l’Histoire de l’Humanité mais c’est certainement la première fois que pour ainsi dire, il est aussi « bavard » à l’oreilles des gens.

En plus d’être travaillé par ce phénomène, chacun va devoir travailler sur lui et l’Humanité dans son ensemble va avoir un gros travail et ainsi pour la première fois de son histoire elle va devoir aller dans le sens de sa destinée tant individuellement que collectivement.

Face à cette révélation et la vieille Humanité essaye de résister tant à cette révélation et qu’à son propre avènement.

Par exemple, les tenant des idéologies, des religions, des modèles économiques ou sociétaux, les théoriciens de l’Homme et de ses activités qui ont développé un rapport au monde ( théories, écrits, activités, pratiques etc.) très éloigné de ce processus à l’œuvre sont dépassés. Ils vont certainement être obligé de courir, de plus en plus, derrière ce processus à l’œuvre pour finalement disparaître.

Alors, les textes, les productions, les comportements, les activités, les économies et les sociétés vont voler en éclat par petits bouts avec le temps ne laissant debout que la part véritablement en adéquation avec le vrai projet de l’Homme. Apparemment il n’y aura pas d’éclatement planétaire brutal même si les pertes sont de plus en plus importantes.

Face à ce que beaucoup voient comme des pertes douloureuses la majorité des humains se met en guerre soit simplement avec les mots soit carrément avec des armes. C’est pourquoi alors qu’un avènement magnifique de l’Homme est en cours certains terrifiés s’en prennent à leurs proches et vont même jusqu’à faire des attentats ou déclencher des guerres. Pour ainsi dire la beauté, le bonheur, qui est en train d’arriver les terrifie !

Ne croyez pas que c’est seulement les élites qui luttent et qui vont lutter contre ce mouvement de cette libération, de cet avènement de l’Homme. C’est aussi des milliards d’hommes et de femmes élevées dans les valeurs de ces derniers et qui se les sont transmis sur des siècles, qui refusent de se mettre à l’écoute du processus à l’œuvre en eux-mêmes, qui résistent et vont résister le plus souvent en décidant de ne rien faire d’eux et de leur vie et parfois en prenant des mots ou des positions destructrices ou carrément en prenant les armes.

Faire le choix de la lutte contre la réalisation du soi (par exemple en en ayant rien à faire de tout) , tant individuellement que collectivement, c’est faire celui du malheur pour soi et pour les autres. C’est le choix que fait pour l’instant la grande majorité des gens.

Ainsi alors même qu’un avènement magnifique et lumineux se produit la majorité terrifiée et incapable de croire que cela puisse exister. Elle est dans un replis, dans la peur, l’angoisse, la dépréciation-dépression, ou les délires idéologiques, scientistes ou religieux ou des discours ayant l’apparence de la raison, mais poussant surtout à rien faire et à ne participer à rien et à ne croire en rien et à attaquer ou déprécier les idées qui parleraient de la vie et de l’avènement de l’Homme.

Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas que cette hypothèse, existe et existait, au sein de l’humanité. Tout au mieux, pourrez-nous vous dire que vous avez décidé de ne pas y réfléchir ou que vous l’avez rejeté mais aussi le processus de vie à l’œuvre dans l’Humanité, avec elle. Jetant ainsi comme l’on dit le bébé avec l’eau du bain. En effet, il est possible de choisir le chaos, la tristesse et la lutte contre cet avènement de l’Homme (Finalement, contre le sien et celui des autres) mais cela reste triste.

Voilà, une tendance qui se dessine. Notre vieux monde va continuer à être secoué de toute part, notre vieille Humanité va continuer à se mourir à petit feu et le nouveau monde doté de sa nouvelle humanité va arriver. Malheureusement la casse va être importante en attendant une plus grande réalisation.

Cependant, une chose peut limiter la casse et les nombreux dégâts, que de plus en plus d’hommes et de femmes cherchent en eux-mêmes le processus à l’oeuvre et modifient leur vie et que donc qu’une Humanité toujours plus nombreuse cède à son véritable avènement.

Cela n’est pas plus irréaliste de croire que l’humanité fait ce choix plutôt que de croire que le monde va continuer à se laisser guider tant individuellement que collectivement, par les seuls sentiments, la seule raison, une doctrine ou une religion, déséquilibrant les êtres et luttant contre leurs véritables avènements.

Je pose donc que la rupture épistémologique de l’Humanité, la déstabilisation de l’ordre mondial ne sont que le prélude à l’avènement d’un homme nouveau, qui en ce 21ème siècle naissant, n’est donc plus un mythe.

Laisser un commentaire